1 min

Économie circulaire et locale : bâtir vertueux !

Ce qui il y a quelques années n'était encore qu'une prise de conscience par certains et une tendance est désormais un véritable changement en marche. Et pas seulement dans l'alimentaire. Le secteur de la construction est aussi très concerné par ce mouvement local, circulaire et dit de "cradle to cradle".

Commençons par les définitions

Comme son nom l'indique, l'économie locale favorise les acteurs de sa propre région ainsi que les produits et matériaux locaux. Comme par exemple, la pierre ou le bois de chez nous plutôt que des produits qui viennent de l'autre bout du monde.

L'économie circulaire a pour but de concevoir et produire sans déchets, en gaspillant le moins possible de matières premières et d'énergies non renouvelables. C'est un modèle durable dans lequel "rien ne se perd". Les choses vivent un cycle, de leur conception à leur recyclage.

"Cradle to cradle" ou "Du berceau au berceau" est un concept qui repose sur le principe de zéro pollution et d'une réutilisation à 100 % à tous les stades : de la conception, la production et la réutilisation du produit. Les produits qui y répondent sont labellisés C2C.

Bâtir en pensant "circulaire".

Le secteur de la construction génère près d'un tiers des déchets au cours des différents stades de vie d'un bâtiment. Autant dire que les défis sont grands. Mais, également les opportunités. Concevoir de nouveaux produits et des manières de les mettre en œuvre plus durables et moins énergivores, intégrer leur recyclage dès le départ, rendre les bâtiments adaptables et flexibles à de futurs usages, fabriquer avec des techniques réversibles… ouvre d'énormes possibilités d'innover. Cela offre également à la créativité des architectes et de ceux qui font construire une grande liberté. Bâtir "circulaire", est une valeur qui dans quelques années, donnera sans aucun doute également de la valeur immobilière aux biens.

Et pour les bâtiments existants ?

L'économie circulaire les voit comme des mines dans lesquelles nous allons extraire et récupérer des matériaux. Cela réduit l'exploitation des ressources naturelles et valorise ce qui existe déjà. Pour ceux qui sont transformés et rénovés, on applique de nouveaux principes de construction qui réduisent les déchets et augmentent la durée de vie du bâtiment.

De la cave au grenier.

Aujourd'hui, il est possible de construire entièrement sa maison avec une approche circulaire. Depuis les plans, les matériaux, jusqu'à des choses étonnantes. Il existe par exemple des murs de parement en briquettes clipsées, sans ciment et démontables ou encore des panneaux faits de matériaux récupérés et concassés. Gros-œuvre, sanitaire, chauffage, électricité, toiture, sols… le nombre de solutions est désormais quasi infini. La plupart des architectes et professionnels les connaissent déjà très bien et pourront vous en parler. Les différents salons et foires sont aussi un bon moyen de les découvrir et les comparer tous sous un même toit.

Un impact positif à tous niveaux.

Bien plus qu'une nécessité pour la planète et les générations futures, l'approche circulaire agit comme un cercle vertueux qui crée des bénéfices à tous niveaux. Pour ceux qui font construire, des bâtiments pensés pour pouvoir s'adapter facilement à l'évolution de leurs besoins, économes en énergie et en ressources nécessaires. Des bâtiments durables dans leur utilisation comme dans leur valeur. Pour ceux qui les construisent, ils produisent moins de déchets, emploient plus de matériaux locaux et réalisent des projets souvent très valorisants. Et enfin, l'économie circulaire a montré qu'elle crée de l'emploi local et non délocalisé

Il ne s'agit donc pas d'une simple vision écologique de la construction destinée à préserver l'environnement, les ressources et les matières premières, mais bien également économique dans la durée.